Vous êtes ici : Finance et assurance : les conseils > Crédits > Crédit immobilier : comparateur et simulation gratuite > Crédit immobilier : 10 erreurs à ne pas faire avant de signer

Crédit immobilier : 10 erreurs à ne pas faire avant de signer

Crédit immobilier : 10 erreurs à ne pas faire avant de signer

Vous avez prévu de souscrire un prêt immobilier pour financer votre premier achat ? Les pièges sont nombreux et la moindre erreur peut coûter cher.

Frais de dossier, frais d’assurance ou instruments de paiement, les banques se montrent désormais intraitables sur toute une série de commissions. Voici les erreurs à éviter avant de signer une offre de crédit immobilier.

1 - Négliger la préparation de son dossier

La hausse des taux peut amener les banques à se montrer plus frileuses lorsqu’il s’agit d’accorder un crédit immobilier. Mais certains réflexes simples peuvent faire pencher la balance en votre faveur.

Dans un premier temps, il est conseillé de constituer un dossier d’emprunt solide en veillant à ce qu’il contienne l’ensemble des pièces justificatives exigées par la banque :

  • Un justificatif d’identité en cours de validité ;
  • Un justificatif de votre situation familiale ;
  • Un justificatif de domicile (quittance de loyer, facture d’eau ou d’électricité de moins de 3 mois) ;
  • Un justificatif de revenus ;
  • Les trois derniers avis d’imposition ;
  • Les documents justifiant d’un éventuel apport personnel ;
  • Les justificatifs de placements et comptes épargne ;
  • Les pièces relatives au projet immobilier (avant-contrat, compromis…) ;
  • Les documents liés aux éventuels crédits en cours (tableaux d’amortissement).

Ensuite, quelle que soit votre situation, mieux vaut ne rien dissimuler à votre banquier ou courtier. En effet, la transparence est un élément clé de l’obtention d’un crédit immobilier.

2 - Avoir un taux d’endettement trop élevé

Avant de vous faire une éventuelle offre de prêt immobilier, la banque calculera votre taux d’endettement. Pour rappel, ce taux correspond à votre capacité d’emprunt, c’est-à-dire à la somme que vous allez pouvoir emprunter pour financer votre achat immobilier en fonction des mensualités que vous serez prêt à rembourser chaque mois.

Il est communément accepté que le taux d’endettement maximum auquel un emprunteur peut prétendre est de 35 %. Cet indicateur est donc un élément central du dossier de crédit.

3 - Avoir une épargne insuffisante

Lors de la souscription d’un prêt immobilier, l’épargne joue un rôle important. Les emprunteurs qui disposent d’une épargne disponible en plus de ce qu’ils comptent investir dans le projet ont un excellent dossier aux yeux des banques. Ils peuvent s’en servir pour négocier leur taux de crédit.

4 - Ne pas faire attention à la gestion des comptes

Au moment de la constitution du dossier de crédit immobilier, la banque réclamera les trois derniers relevés de compte bancaire. Le prêteur souhaitera limiter le risque en vérifiant si l’emprunteur est à découvert ou multiplie les incidents de paiement. Il faut savoir que certaines dépenses régulières comme les jeux d’argent peuvent également rebuter les banques. Pour mettre toutes les chances de votre côté, n’hésitez pas à supprimer les abonnements superflus qui vous font perdre quelques dizaines d’euros par mois.

5 - Justifier d’un apport personnel insuffisant

Il est aujourd’hui plus difficile d’emprunter sans apport personnel. Effectivement, les établissements bancaires exigent généralement un apport représentant 10 % de l’opération afin de financer a minima les frais de notaire.

6 - Présenter une situation professionnelle instable

Si vous souhaitez profiter de bonnes conditions d’emprunt, il faut que votre situation professionnelle soit rassurante. Contrairement aux idées reçues, il n’est pas indispensable d’être en CDI pour prétendre au crédit. Par exemple, un emprunteur enchaînant les CDD et pouvant justifier de revenus stables aura plus de chances de décrocher un crédit qu’un demandeur alternant des contrats de 2 mois et 3 mois de vacances.

7 - Ne pas faire jouer la concurrence

Pour espérer obtenir le meilleur taux, il est vivement recommandé de faire jouer la concurrence entre les banques. Se présenter auprès d’un établissement avec la proposition écrite d’un autre organisme favorise la négociation du taux de crédit mais aussi des assurances, des garanties et éventuelles indemnités de remboursement anticipé.

Pour confronter efficacement les offres, il est possible de recourir à un comparateur en ligne gratuit et sans engagement. Concrètementil suffit de compléter un formulaire rapide pour accéder aux meilleures propositions.

8 - Ne pas faire appel à un courtier

Le courtier dispose d’un volume d’affaires et d’un réseau de partenaires importants. Dans le cadre d’un projet d’achat immobilier, il peut être intéressant de passer par cet intermédiaire pour profiter de tarifs plus attractifs.

Si vous envisagez de faire appel à un courtier, veillez à solliciter ses services le plus tôt possible et n’oubliez pas de vous renseigner sur sa rémunération. Certains professionnels sont rémunérés directement par les banques mais exigent le règlement de frais de dossier.

9 - Se baser uniquement sur le taux d’intérêt

Lors de la signature de l’offre de prêt immobilier, il est important de ne pas se fier uniquement au taux d’intérêt proposé. En effet, d’autres éléments sont à prendre en compte comme la durée de remboursement ainsi que le reste à vivre. Les frais d’assurance et de garantie méritent également une attention particulière.

Avant de vous engager, faites le point sur les concessions que vous êtes prêt à faire. Par exemple, certaines banques peuvent exiger l’ouverture d’un compte pour la domiciliation des revenus ainsi que la souscription d’une assurance de groupe.

10 - Ne pas chercher à négocier

Après avoir reçu l’offre de prêt immobilier émise par la banque, vous avez tout intérêt à tenter une négociation. Celle-ci ne porte pas nécessairement sur le taux d’intérêt.

Il faut savoir que l’assurance de prêt constitue souvent le premier poste de dépense d’un ménage après les intérêts. Pour réduire son coût, il est possible d’opter pour une assurance emprunteur différente de celle proposée par la banque. Faire jouer la délégation d’assurance permet non seulement de réaliser des économies mais aussi de bénéficier de garanties étendues.

Les frais de dossier font partie des éléments négociables. Si votre dossier est bien préparé, vous pouvez arriver en position de force pour demander la réduction voire même la suppression de ces frais.

Enfin, les indemnités de remboursement anticipé peuvent être négociées surtout si vous envisagez de revendre votre bien à moyen terme.

 
 

Comparateur Crédit Immobilier
En moins de 2 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers