Vous êtes ici : Finance et assurance : les conseils > Retraite > Préparer sa retraite : 10 conseils financiers

Préparer sa retraite : 10 conseils financiers

Préparer sa retraite : 10 conseils financiers

Si les jeunes actifs ont des projets plein la tête, plus on avance en âge et plus il devient important de se préoccuper de sa retraite. En effet, le passage à la retraite entraine une perte de revenus plus ou moins importante en fonction des professions, mais qui impacte directement le pouvoir d’achat et le quotidien des Français, certains retraités n’étant plus en mesure de mener une vie décente. Mieux vaut donc prendre les devants et commencer à préparer sa retraite le plus tôt possible pour éviter les difficultés. Voici nos 10 conseils financiers pour y parvenir.

Conseil n°1 : estimez précisément vos droits

L’une des premières choses à faire consiste à estimer le montant de votre future pension de retraite. D’une part, ceci vous évitera de faire partie des quelque 8 % de retraités victimes d’une erreur de calcul. D’autre part, cette précaution vous permettra de mieux visualiser ce qui vous attend par la suite et d’estimer le plus justement possible vos futurs revenus.

À partir de 55 ans, vous recevez une estimation chiffrée de votre pension de retraite tous les cinq ans, ce qui vous permet de vous assurer qu’aucun trimestre travaillé ou validé n’a été oublié. Sauf en cas de carrière longue et autres exceptions, l’âge minimal légal de départ à la retraite est de 62 ans. Néanmoins, pour obtenir votre pension à taux plein et ne pas subir de décote, il vous faut valider un certain nombre de trimestres en fonction de votre année de naissance. Vous avez également la possibilité de racheter jusqu’à 12 trimestres peu ou non cotisés pour augmenter votre nombre de périodes validées, notamment vos années d’études supérieures, à condition que ce rachat soit véritablement rentable.

Attention toutefois, car les salariés du secteur privé nés après 1957 qui souhaitent prendre leur retraite lorsqu’ils ont validé le nombre de trimestres requis sont en réalité soumis à une décote de 10 % sur leur pension de retraite. Appliquée par l’Agirc-Arrco, cette décote temporaire concerne les trois premières années de retraite. Pour l’éviter, il faut travailler plus longtemps et continuer à cotiser au moins un an, voire jusqu’à 67 ans, âge maximal. À noter cependant qu’elle n’est appliquée que sur les retraites à taux plein, ce qui pousse certains salariés à prendre une retraite quelque peu anticipée, quitte à supporter une faible décote sur leur pension à vie plutôt qu’une perte de 10 % conséquente pendant trois ans.

Conseil n°2 : épargnez le plus tôt possible

Quand on se lance dans la vie active, on ne pense pas à la retraite. Néanmoins, il est préférable de s’y préparer le plus tôt possible et de commencer à épargner dès l’âge de 40 ans. En effet, on estime qu’il faut au moins 20 ans pour se constituer un capital suffisant en épargnant chaque mois ou chaque année pour sa retraite.

Plus vous commencerez à épargner jeune, moins votre effort sera important. Ceci pourra vous éviter, le moment venu, de devoir poursuivre votre carrière pour disposer de revenus suffisants. En effet, si certaines professions sont relativement préservées, pour d’autres, le passage à la retraite engendre une perte d’argent considérable.

Conseil n°3 : devenez propriétaire

Être propriétaire de son logement est rassurant pour bon nombre de Français et permet de disposer d’un bien. Une fois à la retraite et votre crédit remboursé, vous êtes pleinement chez vous et vous n’avez plus de loyer à payer. Vous augmentez ainsi votre pouvoir d’achat et vous subirez moins de plein fouet la perte de revenus occasionnée par le passage à la retraite.

Néanmoins, évitez de vous mettre en difficulté en visant trop haut. Ne vous endettez pas pour devenir propriétaire et restez raisonnable en veillant à ne pas dépasser un taux d’endettement qui correspond au tiers de vos revenus mensuels.

Conseil n°4 : diversifiez votre patrimoine

Pour bien préparer sa retraite, il est intéressant de se constituer un patrimoine diversifié. Ceci vous permet d’optimiser votre capital en limitant les risques. En effet, si vous investissez dans un secteur ou dans plusieurs secteurs proches, vous prenez le risque de tout perdre en cas de crise, ou de faire face à une rentabilité très faible. Mieux vaut opter pour des placements diversifiés comme l’investissement locatif, les produits monétaires, les actions et les obligations pour être assuré d’en tirer un profit intéressant.

Conseil n°5 : pensez à l’assurance-vie

Si elle séduit toujours autant les Français, ce n’est pas pour rien ! L’assurance-vie est en effet un placement de long terme idéal pour se constituer une retraite. Votre épargne reste disponible – même s’il est recommandé d’éviter un retrait avant huit ans – et les primes que vous versez sont capitalisées au fil des ans.

En outre, la fiscalité de l’assurance-vie reste avantageuse, malgré les derniers changements opérés, et elle s’avère plus qu’intéressante en cas de succession.

Conseil n°6 : l’intérêt de l’investissement locatif

Investir dans l’immobilier locatif est une bonne solution pour se constituer une rente intéressante à la retraite. En effet, en investissant au plus tard à 45 ans, vous aurez soldé votre dette avant votre départ à la retraite et les loyers pourront ainsi compléter vos revenus et votre pension.

Un tel investissement est globalement plus intéressant dans l’ancien, moins cher à l’achat que le neuf, pour un montant de loyer quasiment identique. De nombreux dispositifs avantageux existent pour encourager cette pratique, notamment réhabiliter et rénover d’anciens logements. Quoi qu’il en soit, profitez des lois Pinel, Denormandie ou Malraux pour bénéficier d’avantages fiscaux non négligeables et vous assurer un apport supplémentaire à la retraite.

Conseil n°7 : les produits de retraite

Les produits de retraite présentent des avantages indéniables. Le nouveau PER (plan d’épargne retraite), mis en place depuis octobre 2019, remplace le PERP (plan d’épargne retraite populaire) qui permettait de défiscaliser une partie des revenus imposables, le PERCO (plan d’épargne pour la retraite collective) qui présentait certains atouts similaires pour les salariés et le contrat Madelin, qui étant un bon moyen pour les indépendants de se constituer une rente en vue de la retraite.

Le PER se décline sous trois formes : le PER individuel, le PER d’entreprise collectif et le PER d’entreprise obligatoire.

Conseil n°8 : optez pour la rente

Disposer d’un capital peut rassurer les retraités. Néanmoins, il est bien souvent recommandé de le convertir en rente viagère pour bénéficier d’un revenu garanti à vie. Plus besoin de se préoccuper de gérer son épargne, plus de peur de manquer, car la rente viagère est assurée jusqu’au décès. En revanche, il convient d’aliéner le capital auprès d’un assureur qui se charge ensuite de verser la rente au retraité et le restant éventuel aux bénéficiaires désignés au décès de l’assuré.

Une solution à étudier, mais face à laquelle il faut faire preuve de prudence afin d’éviter les contrats abusifs.

Conseil n°9 : sécurisez vos avoirs

Passé 65 ans, il est désormais temps de réduire le risque et de sécuriser vos avoirs. Il est généralement conseillé de conserver sa résidence principale, voire sa résidence secondaire, mais de céder ses autres actifs afin de réduire la gestion et les frais de gestion, mais aussi de récupérer un capital intéressant et de le sécuriser.

Cela ne vous empêche pas d’envisager d’autres formes de placements, comme les SCPI qui vous permettent de continuer à investir dans l’immobilier tout en vous évitant les contraintes de gestion et en mutualisant les risques. L’assurance-vie reste également une option qui vous aidera aussi à préparer votre succession.

Conseil n°10 : protégez-vous afin de préserver votre autonomie

La perte d’autonomie concerne chaque année de plus en plus de Français âgés et engendre des coûts importants. La dépendance a un prix que bon nombre de retraités ne peuvent financer puisqu’il faut compter une moyenne de 3 000 euros à 4 000 euros mensuels pour l’assistance d’un tiers ou le placement dans une structure adaptée alors que les pensions de retraite tournent autour de 1 300 euros seulement. Il est donc nécessaire de puiser dans ses économies, une décision difficile à prendre après avoir passé une vie à travailler et à épargner.

Néanmoins, il existe des contrats d’assurance dédiés qui couvrent la dépendance partielle et la dépendance totale et qui génèrent le versement d’une rente en cas de perte d’autonomie afin de faire face à ces dépenses importantes.

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers