Vous êtes ici : Finance et assurance : les conseils > Retraite > Comment anticiper son budget nécessaire pour sa retraite ?

Comment anticiper son budget nécessaire pour sa retraite ?

Comment anticiper son budget nécessaire pour sa retraite ?

Tout le monde le sait, le niveau de vie baisse systématiquement à l'âge de la retraite. Les pensions de retraite sont en effet toujours inférieures au dernier revenu perçu dans le cadre de sa vie professionnelle. D'où l'importance de bien anticiper son budget nécessaire une fois à la retraite, notamment pour pouvoir maintenir le plus possible son mode de vie, faire face à ses dépenses courantes et imprévues, mais aussi surtout pouvoir profiter d'une retraite bien méritée.

Bien estimer le montant de sa future pension de retraite

La première étape pour pouvoir anticiper le budget nécessaire pour sa retraite consiste à évaluer le plus précisément possible ses revenus une fois sorti du monde du travail.

Chacun le sait, sa future pension de retraite est toujours d'un montant inférieur aux revenus tirés de son activité professionnelle. Cette différence de niveau de ressources s'apprécie grâce à ce que l'on appelle le taux de remplacement qui désigne ce que représente sa pension de retraite par rapport au dernier salaire ou revenu d'activité perçu.

Plus précisément, ce taux de remplacement est le rapport entre le montant net de sa retraite mensuelle de base et complémentaire et le montant net de son dernier traitement, rémunération ou revenu. Il permet donc d'évaluer la perte de revenus auquel il faut s'attendre une fois à la retraite, un indicateur donc important pour estimer le budget nécessaire pour sa retraite.

En France, ce taux de remplacement est en moyenne de 70 % pour les salariés qui travaillent à temps complet. Autrement dit, quand on est dans ce cas, il faut s'attendre, une fois à la retraite, à une pension inférieure de 30 % à son revenu actuel. Toutefois, selon les situations, ce taux de remplacement peut varier de 50 % à 75 %.

D'autre part, même si en France les retraités ont un niveau de vie supérieur aux actifs, un grand nombre d'entre eux perçoivent une petite retraite ou le minimum vieillesse. De plus, avec l'inflation actuelle, le pouvoir d'achat des retraités diminue car leurs dépenses, en particulier liées à l'énergie dont les prix grimpent, augmentent alors que leurs revenus ne suivent pas cette tendance à la hausse.

Pour avoir une idée du niveau de ses revenus une fois à la retraite et anticiper son futur budget dans le but de maintenir un niveau de vie confortable, il est nécessaire d'estimer au plus près le montant de sa future pension de retraite qui varie bien sûr selon la situation de chaque personne en matière d'années travaillées, de statut (salarié, fonctionnaire, indépendant, inactif, etc.), de durée de cotisation à l'assurance vieillesse, de niveau de revenus reçus au cours de sa carrière professionnelle, ou encore de son âge de départ à la retraite.

Compte tenu des nombreux éléments qui entrent en compte dans le calcul du montant de sa future retraite, plusieurs outils sont mis à disposition pour l'estimer au plus près.

D'abord, à partir de 55 ans, chaque personne reçoit de l'Assurance retraite un relevé individuel de situation qui récapitule l’ensemble des droits acquis dans chacun des régimes de retraite de base et complémentaire, et qui comporte également une estimation en euros de sa future pension de retraite.

D'autre part, il est aussi possible d'anticiper son budget nécessaire une fois à la retraite en utilisant des simulateurs qui permettent de calculer au plus près et facilement le montant de sa future pension de retraite. Ces outils sont notamment mis à la disposition des futurs retraités par l'Assurance retraite, ou encore, en matière de retraite complémentaire, par l’Agirc-Arrco.

Quelles dépenses prévoir à la retraite ?

Une fois l'estimation de sa future pension de retraite réalisée, il est important de réfléchir concrètement aux dépenses nécessaires à envisager à la retraite et aux solutions à prévoir pour conserver le plus possible son niveau de revenu et donc son mode de vie.

Certaines dépenses diminuent quand l'activité professionnelle cesse comme, par exemple, celles liées aux transports, ou encore celles qui étaient consacrées aux études des enfants qui ont souvent quitté le domicile parental à ce moment-là.

Un certain nombre de retraités n'ont plus de crédits à rembourser en particulier des prêts immobiliers pour ceux qui ont la chance d'être propriétaires et qui n'ont donc que de faibles dépenses en matière de logement une fois retraités.

Mais, comme tous les ménages, les retraités doivent faire face à d'autres types de dépenses indispensables à prendre en compte surtout à ce moment de la vie où les revenus baissent.

Les dépenses courantes

Même une fois à la retraite, il faut envisager un budget pour couvrir ses dépenses courantes qui restent quasiment du même niveau que pendant sa vie active malgré la baisse de ses revenus à la retraite.

Il s'agit notamment des frais à prévoir pour sa consommation d'électricité, de gaz, d'eau (des dépenses d'énergie qui peuvent s'avérer plus élevées quand on reste de fait plus longtemps à son domicile), de téléphone, de loyer pour les locataires, de dépenses d'entretien de son habitation, etc.

De la même manière, toutes les dépenses en rapport avec l'alimentation et à l'habillement bien sûr, avec son véhicule (carburant, entretien, assurance, etc.), mais aussi les impôts comme la taxe foncière pour les propriétaires de leur logement, par exemple, doivent être prises en compte pour anticiper son budget à la retraite.

Néanmoins, compte tenu de la baisse inévitable de ses revenus une fois à la retraite, la bonne nouvelle réside dans le fait que son impôt sur le revenu diminue d'autant en principe. Un point positif à considérer donc pour anticiper au mieux son budget à la retraite.

Les dépenses de santé

Avec l'avancée en âge, on le sait, les dépenses de santé représentent un poste de son budget de plus en plus important en raison des risques de maladie, d'hospitalisation ou de perte d'autonomie qui augmentent, tout comme le recours à des soins en matière d'optique, dentaire, ou encore pour s'équiper d'un appareil auditif qui représentent des frais élevés.

C'est pourquoi, une fois à la retraite, il est nécessaire en particulier de prévoir de souscrire une meilleure complémentaire santé afin d'être mieux remboursé de ses frais de santé, mais qui coûte en générale plus cher qu'une mutuelle classique.

D'autre part, le plus souvent, il est nécessaire d'adapter son logement et de réaliser des travaux pour installer une douche à la place d'une baignoire, des toilettes surélevées, des barres d'appui dans certaines pièces de la maison, un monte-escalier, etc. Autant de dépenses qu'il faut anticiper dans son budget une fois à la retraite.

De la même manière, le recours à des services à domicile est plus courant avec le vieillissement, qui peut causer une perte d'autonomie plus ou moins importante, pour être aidé dans ses tâches ménagères, pour préparer ses repas, faire ses courses, ou encore bénéficier de soins à domicile.

Un poste de dépenses qui peut s'avérer élevé et sur lequel il faut compter le plus souvent une fois à la retraite, en tous les cas plus l'âge avance.

Une éventuelle entrée dans une maison de retraite ou dans un Établissement d’hébergement pour personnes âgées (Ehpad) doit également être envisagée dans son budget une fois à la retraite car il s'agit d'un poste de dépenses le plus souvent coûteux, en moyenne 2 000 euros par mois. Mais ce prix varient énormément, et souvent à la hausse, en fonction des zones géographiques mais surtout des services proposés par ces établissements pour personnes âgées.

Les dépenses de loisir

Être à la retraite ne veut pas dire stopper net toutes ses activités de loisir. Au contraire, prévoir des voyages, des sorties culturelles, faire une activité physique, s'abonner à des clubs divers, etc., est un bon moyen de lutter contre l'isolement une fois à la retraite et surtout de se faire plaisir.

Les dépenses de loisirs peuvent ainsi même prendre plus de place dans son budget une fois à la retraite aussi parce qu'on dispose davantage de temps libre.

Les dépenses imprévues

Comme tout bon gestionnaire, un retraité doit aussi bien sûr prévoir un budget destiné à financer des dépenses imprévues, d'autant plus au moment où son niveau de vie baisse.

Des dépenses fortuites qui ne sont pas rares si, par exemple, il est nécessaire de remplacer sa chaudière ou un gros appareil ménager en panne, de réparer son véhicule qui donne des signes de fatigue, etc.

Il ne faut pas oublier non plus de prévoir dans son budget de retraité des dépenses ponctuelles liées à l'achat de cadeaux d'anniversaire ou de Noël pour ses petits-enfants notamment.

La nécessité de prévoir des revenus complémentaires pour sa retraite

Comme on l'a vu précédemment, il est nécessaire d'anticiper la baisse de ses revenus une fois à la retraite. Même si certaines dépenses baissent à ce moment de la vie, d'autres viennent se greffer, en particulier les dépenses de santé qui peuvent s'avérer élevées avec l'avancée en âge.

C'est pourquoi, pour bien anticiper son budget à la retraite et avant tout faire en sorte de conserver son mode de vie, il est nécessaire de prévoir bien en amont de percevoir des revenus complémentaires pour bien vivre sa retraite.

Épargner pour sa retraite

L'un des meilleurs moyens pour faire face à la baisse de ses revenus une fois à la retraite et de pouvoir disposer d'un budget convenable est d'épargner le plus tôt possible pour se constituer des revenus complémentaires versés sous forme d'un capital ou d'une rente dans le but de combler ce manque à gagner une fois à la retraite.

Épargner pour sa retraite peut aussi être un bon moyen pour faire face aux dépenses imprévues à ce moment de la vie qui doivent absolument être anticipées comme nous l'avons vu précédemment.

Des produits d'épargne spécifiques pour bénéficier de revenus complémentaires à la retraite existent. C'est le cas par exemple du Plan d'épargne retraite (PER), qui peut être individuel ou souscrit par l'intermédiaire de son employeur (le PER d'entreprise obligatoire ou collectif), de l'assurance vie, ou encore du Plan d'épargne en actions (PEA).

Cumuler retraite et emploi

Afin de disposer d'un budget correct une fois à la retraite qui permet de faire face à ses dépenses mais aussi de profiter de loisirs, de voyages, etc., il est possible d'envisager de reprendre une activité professionnelle.

En effet, le cumul emploi-retraite est possible même une fois ses droits à la retraite liquidés. Il peut s'agir d'un emploi à temps complet comme à temps partiel. Dans ce dernier cas, le total de son salaire et de sa pension de retraite ne peut pas dépasser le montant de son dernier salaire ou 1,6 fois le Smic.

De nombreuses opportunités d'emploi s'offrent aux retraités qui doivent ou souhaitent reprendre une activité professionnelle notamment dans le secteur des services à la personne (s'occuper d'enfants, d'animaux, le soutien scolaire, etc.), de la grande distribution, ou encore, par exemple, dans les activités de conseil et de formation en entreprise.

Se renseigner sur les aides possibles une fois à la retraite

Une fois à la retraite, et selon sa situation, il est possible de percevoir des aides qui permettent de bénéficier d'un soutien financier pour mieux gérer son budget qui peut être déséquilibré en raison de la baisse de ses revenus.

Certaines caisses de retraite peuvent ainsi apporter des aides financières, mais aussi matérielles, aux retraités les plus fragiles en particulier.

Les seniors en perte d'autonomie peuvent aussi recevoir l'Allocation personnalisée d’autonomie (APA) destinée à prendre en charge une partie des dépenses nécessaires pour maintenir et faciliter leur vie à domicile. Il peut s'agir de dépenses en lien avec des prestations de services à la personne, avec des travaux d'adaptation de leur logement, des frais de transport, etc.

Concernant les dépenses de logement une fois la retraite, il est également intéressant de se renseigner sur les aides possibles pour être aidé à les financer. Sous conditions, notamment liées à leur habitation et à leurs ressources, les retraités peuvent ainsi bénéficier de l'Aide personnalisée au logement (APL) ou de l'Allocation de logement sociale (ALS).

D'autre part, afin d'alléger son budget une fois à la retraite, il faut savoir qu'il est possible de bénéficier d'un crédit ou d'une réduction d'impôt sur le revenu pour celles et ceux qui ont recours à des services d’aide à domicile.

Par Rédaction - Publié le 01/06/2023

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers

  • À quel âge peut-on prendre sa retraite ? À quel âge peut-on prendre sa retraite ? Lorsque l’on parle d’âge légal pour partir à la retraite, c’est l’âge de 62 ans qui est cité. Néanmoins, les choses ne sont pas si simples. En effet, il est tout à fait possible de...
  • Régimes spéciaux de retraite : de quoi parle-t-on ? Régimes spéciaux de retraite : de quoi parle-t-on ? Lorsque l’on parle de la retraite, on l’évoque le plus souvent de manière globale en reprenant les grands principes qui constituent le régime général. Pourtant, il existe bien plus de...