Vous êtes ici : Finance et assurance : les conseils > Assurance > Comprendre l’assurance-vie : fonctionnement et avantages

Comprendre l’assurance-vie : fonctionnement et avantages

L’assurance-vie, grâce à son cadre fiscal avantageux et les possibilités financières qu’elle offre, est considérée comme le placement préféré des Français. Comment fonctionne un contrat d’assurance-vie ? Quel est l’intérêt pour le souscripteur ? Détails.

Alors qu’il est souvent perçu comme un placement financier sans risque, le contrat d’assurance-vie est en réalité un produit d’épargne à plusieurs facettes. Il permet au souscripteur de profiter de nombreux avantages notamment sur la fiscalité des retraits et de préparer sa succession. Découvrez ce que recouvre précisément l’assurance-vie, ses avantages, son fonctionnement, sa transmission et son coût.

Le principe de l’assurance-vie

L’assurance-vie est un placement financier qui permet au souscripteur d’épargner à moyen et long terme en vue de transmettre le capital placé à un bénéficiaire suite à un évènement affectant l’assuré : son décès ou sa survie. Ainsi, en cas de vie du souscripteur à l’échéance du contrat, celui-ci reste le principal bénéficiaire et peut donc récupérer le capital placé et les intérêts. En cas de décès du souscripteur, l’argent placé ainsi que les intérêts seront transmis au(x) bénéficiaire(s) mentionné(s) dans le contrat.

Il est possible de souscrire une assurance-vie quel que soit son âge, son niveau de revenus et ses objectifs. Par ailleurs, ce placement peut également être utilisé en vue de constituer un apport pour l’achat d’un bien immobilier, un complément de retraite, pour diversifier des placements financiers ou encore dans le cadre d’une optimisation fiscale. L’assurance-vie ne doit pas être confondue avec l’assurance décès. En effet, cette dernière consiste à verser à la famille du défunt un capital prédéfini par le souscripteur, quel que soit le montant des primes versées. L’assurance décès est souvent souscrite pour permettre à la famille du défunt de rembourser un emprunt ou pour financer les études des enfants dans le cas où l’assuré viendrait à décéder brutalement.

Assurance-vie : les supports d’investissement

Contrairement aux idées reçues, l’assurance-vie n’est pas un placement à part entière. Il s’agit d’une enveloppe à l’intérieur de laquelle le souscripteur peut effectuer des placements pour faire fructifier son capital. Ces placements, également appelés "supports" sont de trois types :

Les supports ou fonds en euros

Le terme "fonds en euros" signifie que les montants sont libellés en euros contrairement aux unités de compte (UC) qui sont exprimées en parts de FCP, FCPI ou SICAV. La plupart des fonds en euros sont constitués à 80 % d’obligations, 10 % de placements immobiliers, 5 à 10 % d’actions. Ces placements sont garantis par l’assureur et ne revêtent aucun risque pour le capital.

Les supports croissance ou euro-croissance

Ces supports apparus en 2014 sont également garantis mais à terme prédéfini. L’épargnant qui sort du support avant l’échéance prévue peut ainsi perdre une partie de sa mise de départ. Ce fonds en euros diversifiés doit permettre aux assureurs de bénéficier de meilleures rémunérations que celles offertes par les classiques fonds en euros.

Les supports non garantis

Les supports non garantis ou unités de compte recouvrent les fonds actions, obligataires, diversifiés, ETF ou trackers, les fonds à formules ou encore les placements immobiliers (SCPI, OPCI, SCI). Le taux de rendement escompté sur les unités de compte est plus élevé que sur les fonds en euros en contrepartie d’un risque en capital.

Comment souscrire un contrat d’assurance-vie ?

La vie d’un contrat d’assurance-vie se décompose en trois temps. Avant la signature du contrat avec la banque ou une compagnie d’assurance, vous devrez vous poser les questions suivantes : quels sont mes objectifs ? Quel est mon profil d’investisseur ? Quel mode de gestion me correspond ? Une fois que vous avez répondu à ces questions, il vous faudra choisir entre trois types de contrats : le contrat monosupport qui ne donne accès qu’aux fonds en euros, le contrat multi-supports donnant la possibilité de diversifier ses investissements, le contrat vie-génération offrant un avantage supplémentaire sur la transmission. Ce dernier s’adresse essentiellement aux épargnants aisés.

Lors de la signature du contrat, le souscripteur s’engage à verser une somme d’argent en une seule fois ou périodiquement. La majorité des contrats offrent la possibilité de faire un versement initial, des versements programmés et des versements libres.

Pendant la durée du contrat d’assurance-vie, le souscripteur peut interrompre ses versements et rompre le contrat par anticipation. La plupart n’imposent aucune pénalité de sortie. Il est par ailleurs possible de récupérer temporairement son épargne en procédant à une "avance". Enfin, vous pouvez récupérer définitivement l’épargne placée en effectuant un seul retrait à la fin ou au cours de votre contrat ou en retirant uniquement une partie des sommes investies, il s’agit dans ce cas d’un rachat partiel. Le souscripteur peut aussi obtenir des revenus réguliers tout au long du contrat, sous forme de rente viagère ou de rachats programmés.

Les avantages liés à la souscription d’un contrat d’assurance-vie

L’assurance-vie est un placement idéal pour répondre à trois objectifs :

  • Valoriser un capital ;
  • Percevoir des revenus complémentaires faiblement fiscalisés ;
  • Optimiser la transmission du patrimoine.

Les contrats d’assurance-vie garantissent effectivement à leur titulaire le versement à la personne désignée sur le contrat, le bénéficiaire, des sommes placées. Le titulaire est libre de désigner la ou les personnes bénéficiaires. L’assurance-vie est aussi utilisée pour préparer une succession. Il faut rappeler que ce placement financier procure un avantage fiscal attractif puisque le versement de fonds au décès du titulaire est exonéré de droits de succession dans la limite de 152.000 euros. Au-delà, une taxation forfaitaire de 20% s’applique.

Ainsi, même si l’assurance-vie procure moins d’avantages fiscaux qu’auparavant, elle reste un produit d’épargne de choix. En effet, les produits et les intérêts capitalisés au contrat ne sont pas soumis à imposition pendant toute la durée de vie du contrat. De plus, au bout de 8 ans, les rachats et retraits effectués sur le contrat d’assurance-vie sont exonérés d’impôts. Les retraits effectués pendant les premières années sont cependant taxés à 35 % puis à 15 %. Si vous souhaitez souscrire un tel contrat, n’hésitez pas à faire appel à un professionnel pour vous conseiller.

Imprimer cette fiche   Flux RSS

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Laisser un commentaire

Prénom ou pseudo

E-mail

Texte

Code de sécurité à copier/coller : KgqBM2

Recevoir une notification par e-mail lorsqu'une réponse est postée

Autres dossiers