Vous êtes ici : Finance et assurance : les conseils > Gestion de Patrimoine > Le PEA (Plan Épargne Action) : fonctionnement, avantages et risques

Le PEA (Plan Épargne Action) : fonctionnement, avantages et risques

Le PEA (Plan Épargne Action) : fonctionnement, avantages et risques

Le PEA, pour Plan d’épargne en actions, est un placement d’épargne qui permet à son titulaire de faire fructifier son argent tout en bénéficiant d’avantages fiscaux. Ouvert à tous, y compris aux jeunes, à condition de n’en souscrire qu’un par personne, le PEA se compose d’un compte en espèces sur lequel son souscripteur place son argent et d’un compte en titres. S’il est possible de retirer son capital à tout moment, le PEA n’est avantageux que passé un certain délai. Faisons le point pour mieux le comprendre.

Le PEA : quelles caractéristiques ? Quel fonctionnement ?

Le PEA, ou Plan d’épargne en actions, est un outil d’épargne constitué d’un compte en espèces et d’un compte en titres. Son souscripteur peut effectuer des versements sur le compte en espèces pour bénéficier de titres éligibles aux avantages fiscaux. Le PEA est accessible à tout contribuable domicilié en France, mais ce placement demeure nominatif et unique ; il n’est pas possible d’en souscrire plusieurs, mais les membres d’un couple peuvent chacun en disposer d’un. Il peut être souscrit auprès d’une banque ou d’un intermédiaire financier qui propose ce type d’investissement. Il est également possible d’ouvrir un PEA assurance auprès d’une compagnie d’assurance, sous la forme d’un contrat de capitalisation en unités de compte.

Le détenteur d’un PEA peut y verser uniquement de l’argent à tout moment, dans la limite maximale de 150 000 euros. À noter qu’il existe un PEA Jeunes depuis 2019 qui fixe un plafond de versement à 20 000 euros.

Ce produit d’épargne est destiné à être investi en bourse et accueille des actions venant d’entreprises cotées au sein de l’Union européenne, en Norvège et en Islande et de placements collectifs.

À partir de cinq ans, les plus-values et les dividendes générés par le PEA sont exonérés d’impôt sur le revenu (hors prélèvements sociaux). Il est donc préférable de n’effectuer aucun retrait durant cette période, ce qui permet de bénéficier des avantages de ce placement à leur meilleur rendement.

Pour effectuer un retrait du compte en espèces sans entrainer la fermeture du PEA, il est nécessaire d’attendre un délai de huit ans. Toutefois, si le compte reste ouvert après ce prélèvement, il ne sera plus possible d’y verser de l’argent. Le respect de ce délai de huit ans est également important pour sortir du PEA en rente viagère défiscalisée.

Si un retrait est effectué avant deux ans, les gains sont imposés à hauteur de 38 %. Entre deux et cinq ans, l’imposition passe à 34,5 %.

Il faut savoir que le capital d’un PEA n’est jamais garanti, puisque celui-ci est investi en actions ou en fonds actions. Néanmoins, certains placements plus sécurisés que d’autres sont possibles. Enfin, le rendement d’un PEA est très variable en fonction des titres choisis.

Quels sont les avantages du PEA ?

Le PEA est un outil de placement qui présente des avantages certains.

  • Un outil de placement non imposé : si vous n’effectuez aucun retrait dans un délai de huit ans, qui correspondent au terme du contrat, le PEA n’est pas soumis à l’impôt sur le revenu. En conséquence, c’est une bonne solution pour se constituer un capital à moyen ou long terme.
  • Des prélèvements sociaux uniquement en cas de retrait : tant que vous ne retirez pas d’argent de votre PEA, les prélèvements sociaux ne sont pas dus et vos gains ne sont pas soumis à l’impôt sur le revenu. Ceci vous permet de réinvestir la totalité de vos gains dans le PEA et donc de générer davantage de bénéfices.
  • Des investissements variés : le PEA offre un accès à des placements dans toute l’Europe, ce qui ouvre une vaste étendue de marchés. Il est également possible d’y loger des parts de FCP et de SICAV sous réserve que ceux-ci détiennent plus de 75 % de titres éligibles au PEA.
  • Des placements libres : vous pouvez effectuer vos versements dès que vous le souhaitez sur le PEA. C’est une opération très simple, à l’instar de son ouverture. Aucun montant minimal de dépôt n’est fixé, ce qui est un avantage certain.
  • Le PEA Jeunes : le PEA Jeunes créé par la loi Pacte du 23 mai 2019 permet à tout jeune adulte majeur encore rattaché au foyer fiscal de ses parents de souscrire son propre PEA. S’il est indépendant, les versements sur ce PEA sont plafonnés à 20 000 euros. Toutefois, dès que le détenteur n’est plus rattaché au foyer fiscal de ses parents, son PEA Jeune se transforme automatiquement en PEA classique tout en conservant son antériorité.
  • Des retraits possibles à tout moment : bien entendu, s’il est recommandé d’éviter les retraits avant 5 à 8 ans pour bénéficier des pleins avantages du PEA, il est possible de retirer son capital ou une partie de celui-ci à tout instant avant un délai de 5 ans. En revanche, rappelons que cette action le clôture et entraine la soumission des gains aux impôts sur le revenu et aux prélèvements sociaux.

Quels risques pour le PEA ?

Malgré ses atouts, le PEA présente des risques qu’il est important de connaitre.

  • En cas de retrait avant 5 ans, le PEA est automatiquement clôturé et les titres détenus sont revendus. Par ailleurs, les avantages fiscaux sont annulés.
  • Le risque est grand, car le gain est lié au cours des actions et à leur évolution. Les pertes sont possibles et rien ne garantit une plus-value, ni même la conservation du capital investi.
  • Les frais sont importants dans le cadre de la souscription et de la gestion d’un PEA. Ils varient grandement d’un contrat à l’autre, mais de nombreux frais sont prélevés régulièrement, notamment les frais d’arbitrage lors de chaque déplacement des fonds, les frais successoraux en cas de succession, etc.
  • Si le détenteur d’un PEA décède, son contrat est automatiquement clôturé. Si les gains ne sont pas soumis aux impôts sur le revenu, les prélèvements sociaux sont dus. Toutefois, ils peuvent être déduits de l’actif successoral. À noter que le traitement successoral d’un PEA entraine des frais conséquents pour les héritiers du titulaire du contrat.
 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers

  • SCPI fiscale : explications, conseils et risques SCPI fiscale : explications, conseils et risques La SCPI fiscale est une forme de société civile de placements immobiliers dont l’objectif consiste, comme pour les autres catégories, à investir dans des biens immobiliers. En revanche, la SCPI...
  • Top 10 des meilleures SCPI : le classement ! Top 10 des meilleures SCPI : le classement ! Vous souhaitez investir en SCPI ? C’est en effet une solution idéale pour effectuer des placements dans le domaine de l’immobilier avec un risque réduit. La SCPI vous permet de diversifier...
  • Comment investir dans l'or ? Quel risque ? Comment investir dans l'or ? Quel risque ? Investir dans l’or est un placement qui séduit les Français et bien d’autres à travers le monde depuis des décennies. Il faut dire qu’il s’agit d’une valeur refuge, qui rassure à...
  • SCPI Malraux : explications, conseils et risques SCPI Malraux : explications, conseils et risques La SCPI Malraux est une catégorie de SCPI fiscale qui consiste à investir dans l’immobilier tout en respectant les mesures et les principes de la loi Malraux.Votre Bilan Patrimonial Personnalisé...