Vous êtes ici : Finance et assurance : les conseils > Immobilier > 10 conseils pour bien acheter un bien immobilier

10 conseils pour bien acheter un bien immobilier

10 conseils pour bien acheter un bien immobilier

Vous envisagez de vous lancer dans l’achat d’un bien immobilier ? Si cet investissement dans la pierre séduit chaque année de plus en plus de Français en raison de sa fiabilité et de sa sécurité, il convient de souligner qu’un mauvais achat est toujours possible. Alors pour éviter les erreurs et se donner toutes les chances de réussir son investissement, voici 10 conseils à suivre pour bien acheter un bien immobilier.

Conseil n°1 : prendre le temps de préparer son projet

Un achat immobilier est un projet de taille qui nécessite une bonne préparation. Ne vous précipitez jamais, car vous risqueriez de marcher uniquement au coup de cœur. Or, si les bonnes surprises sont possibles, l’erreur est plus fréquente, car nous avons tous tendance dans ce cas à nous projeter sur la base d’une vision erronée et à mettre de côté les points négatifs.

Pour éviter les mauvais plans, pour économiser de l’argent et pour ne pas perdre votre temps par la suite, prenez justement le temps de bien vous préparer. Tenez compte de vos capacités financières, listez vos besoins, vos envies, vos projets, etc. Il s’agit d’une phase initiale qui s’affinera d’elle-même au gré de vos recherches et de vos visites, mais elle vous permettra de gagner un temps précieux et surtout d’éviter bien des erreurs.

Conseil n°2 : maitriser les bases de l’actualité immobilière

Le marché immobilier fluctue en permanence,il évolue, se développe ou régresse tour à tour et de nouvelles directives peuvent être mises en place en matière de fiscalité, de taxes, de prix, de règlementations, d’aides, etc.

Pour être certain de faire le bon choix au meilleur moment, tenez-vous informé et consultez l’actualité immobilière. Vous serez ainsi fin prêt pour réaliser les meilleures affaires.

Conseil n°3 : connaitre le marché immobilier local

Là encore, il est important de bien vous préparer. Pour éviter les mauvais choix, étudiez le marché immobilier de la zone géographique visée. Pour pourrez ainsi vous faire une idée de la nature des biens proposés, de leurs caractéristiques et de leurs prix.

N’hésitez pas à vous rendre en agence si vous en ressentez le besoin, mais vous pourrez également trouver tout un tas d’informations en parcourant les annonces immobilières en ligne. Vous pourrez ainsi mieux cerner les biens à viser et le budget à prévoir. En outre, vous serez mieux préparé lors de vos visites puisque vous pourrez repérer plus aisément les biens vendus au-dessus du prix du marché. À l’inverse, ceux proposés à la vente en deçà vous alertons également, car si les belles surprises sont toujours possibles, une vente à bas prix est parfois suspecte.

Conseil n°4 : investir à long terme

Investir dans l’achat d’un bien immobilier doit se faire à long terme, car les frais liés à l’acquisition sont importants et ne sont « rentabilisés » qu’après quelques années, au contraire d’une location. Par ailleurs, les variations du marché peuvent faire chuter la valeur de votre bien, mais également la faire considérablement exploser ! Il n’est pas rare qu’après seulement cinq ans, un logement ait pris une valeur non négligeable s’il est bien placé.

Projetez-vous pour faire le bon choix. Si vous devez prochainement déménager pour des raisons professionnelles, il n’est peut-être pas judicieux d’acquérir votre bien maintenant. À l’inverse, si vous prévoyez d’avoir des enfants, envisager déjà un plus grand logement est une solution préférable pour votre avenir, qui vous évitera de multiplier de nouveau les frais d’une nouvelle acquisition.

Conseil n°5 : patience, patience !

Nous l’avons dit, mais la préparation et la patience sont de rigueur ! La précipitation conduit généralement à des erreurs, alors évitez de tomber dans le panneau du coup de cœur. Si votre bien immobilier vous déplait après son achat, vous ne pourrez demander un remboursement, un échange ou un avoir en magasin. Dans le cadre de ce type de projet, votre engagement se base sur des sommes très importantes, alors évitez les mauvais choix qui risquent de faire augmenter la facture.

Prenez le temps de définir vos besoins et envies et tenez-vous-y. Visitez, visitez, visitez et revisitez s’il le faut, mais ne foncez pas tête baissée au risque de le regretter.

Conseil n°6 : ne pas hésiter à poser des questions lors des visites et contre-visites

Si un bien vous plait, visitez-le dans les moindres recoins, car une fois acquis, vous serez seul face à ses éventuels défauts ou malfaçons. Visitez, posez des questions sans avoir peur de déranger le vendeur ou l’agent immobilier – qui sont là pour cela ! – et renseignez-vous également de votre côté. Sollicitez des contre-visites si vous en ressentez le besoin. Rappelons qu’une maison ou qu’un appartement ne s’achète pas comme une robe ou une chemise !

Et si un bien vous plait au point d’être prêt à signer, n’hésitez pas à faire appel à des experts avant de vous engager.

Conseil n°7 : apprendre à négocier

N’hésitez pas à négocier le prix d’achat du bien. Si certains se vendent en quelques secondes sans même une visite, ces situations restent marginales. Les vendeurs ont bien souvent tendance à surestimer légèrement le prix de leur bien, car ils sont préparés aux demandes de négociations de la part des éventuels acquéreurs. N’hésitez donc pas, car une diminution sensible du prix du bien impacte positivement les frais qui encadrent toute l’acquisition.

Conseil n°8 : prendre en compte les frais annexes

L’achat d’un bien immobilier ne se résume pas au simple paiement du montant affiché par le vendeur ou l’agence immobilière. Pour mesurer l’ampleur financière de votre projet, il vous faut impérativement prendre en compte deux types de frais annexes :

  • les frais annexes liés à l’acquisition du bien (frais d’agence immobilière, frais de notaire, coût réel du crédit immobilier, frais de dossiers divers, etc.) ;
  • les frais annexes liés à la propriété du bien (taxe foncière, frais de rénovation et d’entretien, frais de copropriété, etc.).

Renseignez-vous bien au préalable afin d’éviter les mauvaises surprises par la suite.

Conseil n°9 : bien choisir son crédit

La phase de financement doit être scrupuleusement étudiée. En effet, un crédit vous engage et doit être remboursé. Mais surtout, il y a crédit et crédit ! Tous ne se valent pas. Si certains proposent des taux attractifs, ils s’avèrent finalement bien plus coûteux en termes de coût global d’emprunt. Alors pour éviter les mauvaises surprises là encore, tenez bien compte de votre situation financière, de vos capacités et de vos besoins d’emprunt.

Ne négligez pas le coût de votre crédit et prenez le temps de rechercher la moindre possibilité de faire baisser son prix. Vous pouvez notamment gagner plusieurs centaines ou milliers d’euros en choisissant une bonne assurance emprunteur, le plus souvent en souscrivant votre contrat dans une autre agence que la banque prêteuse. Étudiez toutes les possibilités qui s’offrent à vous pour réduire vos dépenses !

Et pour ce faire, n’hésitez pas à vous faire accompagner d’un courtier en crédit immobilier. Ces experts indépendants travaillent pour leurs clients et non pour les banques. S’ils veulent être payés, ils ont tout intérêt à favoriser vos intérêts !

Conseil n°10 : être bien accompagné

Soyez méthodique, organisé et rigoureux, mais aussi bien accompagné. Agences immobilières, experts, courtiers, tout un panel de professionnels peut être sollicité pour vous aider dans l’achat de votre bien immobilier. Et si certains vous facturent leurs services, ils peuvent s’avérer bien utiles pour économiser de l’argent sur votre acquisition !

 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers

  • Viager libre : principe, fonctionnement et intérêt Viager libre : principe, fonctionnement et intérêt Si le viager occupé est connu et bien développé en France, le viager libre est une autre solution intéressante. Selon les mêmes principes, un vendeur vend son logement à un acquéreur qui lui...
  • Faut-il ouvrir un PEL quand les taux sont bas ? Faut-il ouvrir un PEL quand les taux sont bas ? Le PEL – Plan épargne logement – est un produit de placement financier qui permet d’épargner de l’argent sans risque et à un taux de rémunération supérieur à celui des produits...