Vous êtes ici : Finance et assurance : les conseils > Conseils > Les agios : qu'est-ce que c'est ? Comment les négocier ?

Les agios : qu'est-ce que c'est ? Comment les négocier ?

Les agios : qu'est-ce que c'est ? Comment les négocier ?

La gestion des comptes d’un foyer n’est pas toujours simple. Lorsque vous vous retrouvez dans le négatif ou que vous dépassez le plafond du découvert autorisé, des agios s’appliquent. Ces frais bancaires plus ou moins élevés regroupent un ensemble d’éléments facturés par la banque pour sanctionner l’avance d’argent qu’elle est contrainte d’accorder à son client. Que comprennent ces agios ? Comment sont-ils calculés ? Comment les négocier ? Nos réponses dans ce dossier.

Que sont les agios ?

Si les agios désignent l’ensemble des frais que la banque peut prélever à ses clients dans le cadre du fonctionnement de leur compte bancaire, ce terme s’attache essentiellement aux frais d’incidence de paiement du compte. En somme, il s’agit des frais facturés par la banque lorsque le compte bancaire présente un solde négatif ou débiteur.

Voyons ensemble les frais concernés par les agios.

Les intérêts dans le cadre d’un découvert bancaire

Lorsque votre compte est à découvert, la somme négative est considérée par votre banque comme une avance d’argent qui occasionne une sorte de crédit. Or, comme dans le cadre de tout prêt, cette avance engendre des intérêts. Le taux d’intérêt est variable selon qu’il s’agit d’un découvert autorisé ou d’un découvert non autorisé.

Par principe, le taux de découvert non autorisé est supérieur au taux de découvert autorisé et il s’applique dès lors que le plafond de découvert autorisé a été dépassé. Néanmoins, toutes les banques n’accordent pas de découvert autorisé. Si les banques sont libres de fixer le taux de leur choix, l’État a plafonné celui-ci à 20 % du montant du découvert. En cas de dépassement, les frais sont prélevés sur le compte bancaire du client au mois ou au trimestre.

En plus de ce taux, la plupart des banques appliquent un minimum forfaitaire. Il s’agit d’une somme systématiquement appliquée au client en cas de découvert, quels que soient la durée et le montant.

Les frais d’incidents

D’autres frais d’incidents sont pris en compte dans le calcul des agios et sont appliqués au client en cas de découvert :

  • La commission d’intervention : la plupart des banques facturent une commission de 8 euros dès lors que le client dépasse le découvert autorisé. Cette commission d’intervention est appliquée sur les opérations effectuées alors que le plafond du découvert autorisé est déjà dépassé et sur les opérations qui conduisent à un dépassement du plafond du découvert autorisé.
  • Les frais de rejets : des frais de rejets sont appliqués pour tout rejet de prélèvement, de virement, de chèque sans provision ou de retrait.
  • La lettre d’information : les banques adressent un courrier d’alerte de dépassement du découvert autorisé à leurs clients concernés. Celle-ci est facturée.

Comment sont calculés les agios ?

Le calcul des agios est basé sur la prise en compte de différents frais accumulés.

Les intérêts

Les intérêts sont appliqués en fonction du nombre de jours de découvert et le taux varie en fonction du montant du découvert et selon qu’il s’agit d’un découvert autorisé ou non autorisé.

Les intérêts se calculent avec la formule suivante :

(taux de découvert / 100 / 365 jours) x montant de découvert x nombres de jours de découvert

Les autres frais appliqués

Les intérêts ne sont pas les seuls frais appliqués, même si ce sont ceux qui sont qualifiés d’agios. En cas de découvert, nous l’avons dit, le client doit s’attendre à une commission d’intervention de 8 euros pour toute opération bancaire (paiement, virement, retrait, etc.) qui serait opérée en situation de découvert ou qui occasionnerait un découvert. Par ailleurs, rappelons que la lettre d’information pour avertir le client du découvert est facturée. Chez certaines banques, cette facturation avoisine 20 euros.

En conséquence, un petit dépassement qui occasionnerait des intérêts d’agios faibles est ensuite suivi de frais additionnels importants. Lorsque la situation de découvert se répète plusieurs fois au cours de l’année, les frais que cela engendre pour les clients sont considérables.

Comment négocier les agios ?

Lorsque vous constatez que votre banque vous facture des agios, vous pouvez tout à fait tenter de les négocier. Ne tardez pas et contactez votre conseiller par téléphone ou rendez-vous directement dans votre agence. Vous pouvez alors expliquer que vous reconnaissez le dépassement de découvert constaté et que vous sollicitez une annulation de ces frais.

Voici nos conseils pour argumenter et plaider votre cause.

Il s’agit de votre premier dépassement ou d’une situation rare

Un dépassement de découvert autorisé est toujours possible, mais cela doit rester une exception. Dans ce cas, vous ne devriez pas avoir de difficulté à obtenir une annulation de ces frais. En effet, il vous suffit d’expliquer qu’il s’agit d’un événement isolé, exceptionnel, qu’un imprévu est survenu alors que vous n’aviez pas consulté vos comptes pendant plusieurs jours.

Dans ce cas, jouez franc jeu et dites la vérité. Vous n’aurez généralement aucune difficulté à vous faire entendre. Inutile d’inventer des excuses alambiquées qui se remarqueront tout de suite. Soyez honnête et soulignez qu’il s’agit d’une erreur de gestion de votre part. Les banquiers sont bien conscients du fait qu’un impair peut arriver et ils sont rarement réticents à maintenir la punition.

Vous êtes régulièrement à découvert

La situation est toute autre si vous êtes régulièrement à découvert. Annuler les frais est rarement accepté par le banquier qui a alors plus de difficultés à vous faire confiance.

Néanmoins, tout dépend de la raison pour laquelle vous vous trouvez à découvert. S’il s’agit d’une mauvaise gestion de votre part et de dépenses superflues, vous pouvez arguer que vous allez dès à présent revoir votre organisation et cesser certaines dépenses afin d’éviter le dépassement répété de découvert. Votre banquier acceptera alors peut-être de vous accorder sa confiance. À vous de vous y tenir par la suite, bien entendu.

En revanche, si vos découverts réguliers sont dus à un déséquilibre inévitable entre vos revenus et vos dépenses, il vous sera plus difficile de convaincre votre banquier. La seule façon de lui inspirer confiance consiste à le convaincre du fait que la situation ne se reproduira plus. Pour cela, il vous faut mettre en avant une rentrée d’argent supplémentaire ou une dépense régulière non négligeable en moins. Soyez honnête et restez vous-même pour inspirer confiance à votre banquier et espérer voir vos frais annulés ou réduits.

Les arguments à avancer

Si vous êtes fréquemment à découvert, il est difficile d’obtenir gain de cause. Néanmoins, même avec un dossier irréprochable, certains banquiers refusent d’annuler les frais relatifs à un petit incident isolé. Mieux vaut donc savoir présenter quelques arguments pour négocier vos agios à votre avantage.

  • Plutôt qu’une annulation des agios, sollicitez une réduction de leur montant. Votre banquier sera souvent plus réceptif à cette demande si votre dossier ne vous est pas favorable.
  • Expliquez à votre banquier la raison pour laquelle vous vous êtes retrouvé à découvert et exposez-lui vos solutions pour éviter que la situation se reproduise.
  • Rappelez à votre banquier votre ancienneté dans la banque et votre historique, s’il vous est favorable. Si vous avez souscrit d’autres produits dans la banque (assurance, etc.), indiquez-le afin que cela joue en votre faveur.
  • Il est également possible de demander à augmenter le plafond de découvert autorisé afin de réduire les agios. En revanche, il s’agit toujours d’un découvert, une situation non favorable et qui entraine une avance d’argent de la banque que vous vous devez de rembourser.
  • En cas de refus de la part de votre banquier, vous pouvez solliciter l’aide et l’accompagnement d’une association de consommateurs.
 
 

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers

  • Délai de forclusion : qu'est-ce que c'est ? Délai de forclusion : qu'est-ce que c'est ? Dans le cadre d’un crédit, le délai de forclusion est une période au cours de laquelle les deux parties (le prêteur et l’emprunteur) peuvent faire valoir leurs droits respectifs. À l’issue...
  • Déchéance du terme : qu'est-ce que c'est ? Déchéance du terme : qu'est-ce que c'est ? La déchéance du terme est une procédure enclenchée par la banque lorsqu’un emprunteur ne s’acquitte pas de ses dettes. En effet, dans le cadre d’un crédit, l’emprunteur s’engage à...